Burn-out

Qu’est-ce que le burn-out ?

Prévenir le burn-out. Accompagner l'après burn-out. Accompagnement personnalisé avec la sophrologie et le coaching. Karine Agnez. Savenay

J’ai entendu beaucoup de choses sur le sujet. Des définitions divers et variées et parfois même, que c’est « une maladie à la mode ».

Pour avoir vu un collègue vivre un burn-out, je suis particulièrement sensibilisée au sujet. Et je peux affirmer qu’il ne s’agit pas d’une mode et que c’est sérieux.

Alors c’est quoi ?

En mai 2019 l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) en a revu la définition et dit ceci :

Le burn-out, ou épuisement professionnel, est un syndrome conceptualisé comme résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été correctement géré.’

Ainsi, il est généralement assimilé à l’épuisement professionnel (bien qu’on commence à entendre parler de burn-out parental ou chez les enfants). Et il s’agit d’un syndrome (un ensemble de symptômes) issu du stress chronique.

En effet, dans un précédent article, je vous présentais la courbe du stress. Le burn-out correspond à la troisième phase de cette courbe. C’est après la phase d’endurance qu’il intervient, lorsque l’organisme n’arrive plus à s’adapter, à faire face.

Le burn-out est un épuisement total, physique, mental et émotionnel.

Il s’agit d’un véritable effondrement : la personne peut littéralement faire une chute ou ne pas réussir à sortir du lit un matin. La machine ne répond plus.

Le prévenir

Les personnes perfectionnistes, très engagées, à tendance hyperactives, très investies dans leur travail, sont plus à risque. En effet, souvent dans le ‘trop’, elles sont plus susceptibles d’être touchées.

Agir pendant la phase d’adaptation de la courbe du stress, lorsque le stress chronique se met en place, évite d’arriver au point de rupture.

En effet, dès que le stress commence à s’installer, il devient profitable, voire nécessaire, d’envisager des changements. Différents axes sont possibles : l’identification de ses limites, la récupération (en s’accordant notamment du temps et de l’espace pour soi), la prise de recul, la déconnexion, l’alignement à ses valeurs existentielles, l’équilibre des domaines de vie… Autant de transitions pour lesquelles se faire accompagner.

Accompagner l’après

Le processus de rétablissement est long après un burn-out. Le corps est douloureux,. Des pathologies peuvent s’être développées (colopathie, angoisses…). Le sommeil est de mauvaise qualité.

L’accompagnement doit être pluri-disciplinaire.

La sophrologie est un bon complément à un accompagnement médical et psychologique pour retrouver l’équilibre.

De même l’accompagnement par le coaching va permettre, dans un deuxième temps, de préparer l’avenir. Notamment, le retour à l’emploi, de manière plus sereine, avec plus de recul, une plus grande lucidité sur soi, sa relation au travail, ses aspirations.

Et vous, où en êtes-vous ?

Selon l’OMS, le burn-out se caractérise par trois composantes : ‘un sentiment de manque d’énergie ou d’épuisement ; Un retrait vis-à-vis du travail ou des sentiments de négativisme ou de cynisme liés au travail ; Une perte d’efficacité professionnelle.

Où en êtes-vous avec votre stress, notamment vis-à-vis du travail ?

Pour vous accordez des moments de récupération, je vous propose d’expérimenter la courte séance ci-dessous pour relâcher les tensions corporelles.

Accueillez vos sensations. Vivez simplement l’expérience et renouveler la encore.