Nos émotions : la joie

Une émotion agréable

La joie une de nos émotions. Le gâteau du bonheur, une recette pour la cultiver, à consommer sans modération. Karine Agnez - Sophrologie Coaching PNL - Savenay

La joie est une des six émotions dites ‘de base’, avec la colère, la peur, la tristesse, la surprise et le dégoût.

Souvent, on entend parler d’émotions positives et d’émotions négatives. La joie serait une émotion positive dans cette classification.

En réalité, toutes les émotions sont neutres. Une émotion est une réaction psychologique et physique à une situation, un stimulus. Elles sont toutes utiles et il est plus juste de parler d’émotion agréable ou désagréable.

La joie exprime une satisfaction. Généralement associée à une notion de plaisir ou de bonheur, elle se manifeste par des sourires, des rires, de l’énergie, une envie de bouger. Elle est souvent difficile à cacher, demande à s’exprimer vers l’extérieur et nous incite au partage.

Une joyeuse recette

Fin janvier, j’assistais au congrès de la Fédération NLPNL, dont le thème était ‘Prendre soin de soi et des autres’.

Le dernier atelier de la journée s’intitulait : ‘Cultiver la joie’. En conclusion de cet atelier, et de la journée, l’intervenante, Chantalle Servais, nous a partagé la recette du Gâteau du bonheur.

Je vous la partage à mon tour :

Il était une fois, une vieille dame pâtissière, qui après avoir remporté de nombreuses médailles pour ses délicieux gâteaux, décide de préparer avec énergie et créativité, la recette du prochain concours : le gâteau du bonheur.

Elle se rend alors dans la terre de l’espérance pour récolter des racines de l’arbre du courage, des graines de l’arbre de la volonté et des feuilles de l’arbre de la persévérance. De retour chez elle, elle les met dans le plat de la patience et les mélange à l’huile de la chance.

Quand elles sont bien mélangées, elle les met dans la casserole de la confiance et les cuit à la chaleur de l’amour, en ajoutant de temps en temps quelques gouttes d’extrait de patience, d’huile essentielle de pardon, une pincée d’imprévu, un parfum de prière.

Une fois le tout cuit au four du destin, elle les met dans différents moules d’autonomie et elle les saupoudre d’un soupçon de gaieté. Elle fait refroidir le tout au vent de l’acceptation.

C’est un gâteau qui se sert à la température du moment de l’occasion et s’accompagne d’une infusion de larmes douces des histoires qui finissent bien.

Bonne dégustation !

Une version écouter

Retrouvez les articles en écoute sur la chaîne Karine Agnez – Sophrologie Coaching.